• Prendre le temps d'observer la nature !

    Bonnes vacances d'été !

    A regarder sans modération avec la petite musique !  

    Fruits, organes végétaux contenant la graine

     

    Cerise, fruit comestible, fruit charnu, drupe à noyau ...

    cerise.jpg

     

    Fraise, faux-fruit, corps charnu formé par le réceptacle floral ...

    Les akènes, petits grains secs, sont les vrais fruits.

    P1050326.JPG

     

    Trilogie de fraises en formation ...

    P1050681.JPG

     

    Baies rouges ... groseilles rouges

    P1050676.JPG

     

    Fruit rouge ... mais groseille blanche

    P1050659.JPG

     

    Fruit rouge ... mais groseille noire ... encore appelée groseille à maquereau

    P1050661.JPG

     

    Sans oublier les framboises rouges, fruits multiples constitués de plusieurs petites drupes contenant chaucune une graine.

    P1050666.JPG

     

    Fruit rouge ... mais framboise jaune ...

    P1050671.JPG

     

    Source des photographies : photos personnelles non retouchées


    9 commentaires
  •  
    don-du-sang.jpg

    - Quel est votre métier ?

     Je suis médecin de l’Etablissement Français du Sang, plus particu lièrement de prélèvement. Mon rôle est de rencontrer les donneurs afin de déterminer leur aptitude à donner leur sang, si celui-ci est « bon », si le donneur a (eu) des problèmes de santé, ... C’est au médecin de prélèvement de se prononcer à propos de l’aptitude de la personne à faire un don. Je peux aussi procéder au prélèvement de leur sang.

     

    -  Qui peut faire un don du sang ?

     Tout le monde peut faire un don, à condition d’être âgé entre 18 et 70 ans (jusqu'à 65 ans pour un don de plaquettes ou de plasma) et d’avoir été reconnu apte à faire un don par le médecin de prélèvement (dont moi !). Pour cela, il faut que la personne soit en bonne santé : a-t-elle des problèmes cardiaques ? Est-elle porteuse d’une infection virale ou bactérienne ? Le sang est-il porteur de l’hépatite B,C ? Le patient suit-il un traitement ? Prend-il des médicaments tératogènes ? A-t-il suffisamment de globules rouge ?... En bref, le donneur doit remplir une foule de critères, afin de n’encourir aucun risque pour la transfusion au malade. 

     

    -  Combien de fois le donneur peut-il donner son sang dans l’année ? A quelle fréquence ?

    Une femme peut donner 4 fois par an son sang et un homme 6 fois par an, avec un intervalle de deux mois minimum. Pour les dons de plasma, le délai à respecter est de deux semaines, avec un maximum de quinze litres par an. Pour les dons de plaquettes, il faut un intervalle de 2 semaines, et un maximum de 24 par an.

     

    -  Quelle quantité de sang le donneur donne-t-il ?

     A chaque prélèvement, le donneur peut donner au maximum 1/2 litre, soit 430 à 480 mL en poche, à quoi peut se rajouter un tube de 20 mL. Mais la quantité de sang prélevé varie en fonction des personnes : poids, âge, ...

     

    -  Quels sont les différents constituants du sang qui peuvent être prélevés et leur rôle ? Quels sont les différentes formes de don ?

     Le sang comprend trois composants majeurs : le plasma, qui sert par exemple aux grands brûlés, aux hémophiles, car il sert à transporter des substances d’un endroit à un autre dans le corps ; les globules rouges, utilisés en hématologie et cancérologie, car les globules rouges servent à transporter l'oxygène  dans le corps ; et les plaquettes, pour éviter les risques d'hémorragie, notamment chez les leucémiques, car les plaquettes est responsable de la coagulation du sang. On ne transfuse jamais du sang total à un patient, mais juste ce dont il a besoin. Il existe deux formes de don : le don de sang total, la forme la plus courante, où les trois composants sont prélevés en même temps, et le don en aphérèse, moins connu, qui permet de ne prélever qu’un seul composant.

     

    - Dans quels cas procède-t-on à des transfusions ?

     Je dirais tout simplement dans le cas où le corps d’une personne manque de sang ou de l’un de ses composants. En effet, le corps a besoin du sang pour se nourrir, et pour transporter l’oxygène des poumons vers les cellules de l’organisme.

    On a recours à une transfusion sanguine quand on perd beaucoup de sang suite à une hémorragie, quand on subit une opération, lors d’un accident de la route, ou alors quand on a une maladie du sang (thalasémie, leucémie, anémie, hémophilie...).

    Une transfusion peut s’avérer nécessaire dans le cas d’une maladie du système de production du sang qui peut mettre en danger la personne.

    Tout le monde peut avoir besoin, un jour, d’une transfusion sanguine.

     

    - Combien de temps faut-il au corps pour remplacer le sang prélevé ?

     Il est difficile de répondre à cela. Je sais que le volume et le liquide prélevés requièrent 12 heures pour se reformer. Pour cela, il est conseiller au donneur de boire 1,5 L d’eau en plus que d’habitude, de faire du sport et de bien manger équilibrer. Il faut environ 10 à 15 jours pour que les globules rouges se renouvellent. Au bout de 6 à 8 semaines, le corps aura remplacé tout le sang donné. Mais on ne ressent rien de particulier pendant cette période

     

    - Quel est le groupe sanguin le plus courant chez le donneur ?

     En France, le groupe le plus fréquent est le A, suivi de près par le groupe sanguin O. Cependant, il faut savoir que chaque groupe est recherché pour une action, un composant particulier : par exemple, le groupe O est le plus recherché car il peut être transfusé à n'importe qui, le groupe B est intéressant pour le don de plasma...

     

    - Combien de temps faut-il attendre entre le prélèvement du sang du donneur à son injection au receveur ?

     Il faut d’abord procéder à des analyses du sang et le séparer de ses 3 composants avant de les distribuer.

    Le minimum de temps entre ces deux actions est de 3 jours. En règle générale, il s’écoule dix jours du prélèvement à la transfusion. Cela peut dépendre aussi de la demande. De plus, les globules se conservent 42 jours, le plasma et les plaquettes, une année.

    En parlant de conservation, où et comment le sang est-il stocké ?

     Comme j’y ai déjà fait vaguement allusion, le sang doit d'abord être soumis à une longue analyse, puis est centralisé à Rennes, concernant la Bretagne. Là, les poches sont stockées dans une banque du sang, c’est-à-dire qu’elles sont placées dans des chambres froides permettant la conservation du sang, puis envoyées dans les villes qui ont fait une demande, au plus vite.


    - Justement, vous dites que le sang est analysé. Cela signifie-t-il que des tests sont soumis au sang du donneur pour éviter la transmission d’éléments pathogènes ? 

     C’est exact, du don à la transfusion, le sang est constamment analysé. Cela commence dès le début, c’est-à-dire lorsque le donneur potentiel remplit un questionnaire. De nombreuses questions lui sont posées, notamment sur son état de santé.

    Puis lors de son entretien médical avec le médecin de prélèvement, d’autres questions lui sont posées, plus particulièrement lorsque la réponse à une question pose problème. Le médecin s’assure alors des aptitudes de la personne à faire un don, et c’est seulement après que l’on procède au don.

    Une fois prélevé, le sang est analysé dans les moindres détails afin d’éliminer toute présence possible de bactéries ou de virus. Aucun risque n’est pris. Enfin, le sang est centralisé à Rennes (pour la Bretagne) et re-analysé en cas de problèmes.

     

    - Est-il possible de transfusion à des malades du sang artificiel ?

     C’est une question très vaste... 

    Le sang est un organe liquide si complexe, composé de tellement d’éléments irremplaçables qu'il ne sera sans doute jamais possible de fabriquer artificiellement un qui pourra couvrir toute cette composition. Il est donc essentiel d’avoir recours aux dons du sang, si l’on veut continuer à traiter les malades et les blessés qui en ont besoin.

    Cependant, je ne dis pas qu’il est impossible de remplacer certains composants. Concernant le volume perdu, par exemple lorsqu’une personne se trouve en grave manque (accident de la route, hémophilie...), il est possible de le remplacer par de l’eau, environ 6 L, afin de retrouver ce volume perdu, mais seulement temporairement, car il faudra par la suite transfuser à la personne du « vrai » sang.

    Quant aux globules rouges, aux plaquettes et au plasma, ils sont irremplaçables. Cela prouve bien que le sang est unique au monde.

     

    - Que se passe-t-il si l’on se rend compte, après avoir transfusé du sang à un malade, que ce dernier a attrapé une maladie ?

     En général il n’y a pas de problème, car le sang a déjà été analysé par des spécialistes et donc le risque est assez rare, mais il arrive que certains patients se rendent compte quelques jours ou quelques années plus tard qu’il est atteint d’une maladie qui lui a été transmise par la transfusion sanguine.

    Les réactifs utilisés sont très sensibles et peuvent parfois réagir avec certains composants du sang, sans même qu'il y ait maladie (on parle alors de faux positifs). Il convient de contacter le centre de transfusion qui a signalé le problème pour effectuer un contrôle.


    - Peut-on pratiquer une transfusion sanguine autre que dans un établissement spécialisé ?Par exemple en cas d’extrême urgence : accidents...

     En général, lors d’extrême urgence le SAMU qui arrive sur place ne possède pas de poches de sang. Une transfusion ne peut être réalisée qu’aux urgences ou dans un centre, mais jamais sur place. En revanche, le médecin sur place peut transfuser de l’oxygène à la victime pour que son ne batte pas dans le vide. Mais cela uniquement pour une très courte durée, car l’oxygène ne peut remplacer le sang. Je parle ici uniquement du cas de la France, car je sais qu’au Royaume-Uni, par exemple, les secours possèdent à bord du véhicule des poche de sang.

     

    - Les produits sanguins sont ils sûrs ?

     Le Service du Sang fait tout ce qui est possible pour garantir une sécurité optimale des transfusions sanguines. L'interrogatoire des donneurs et les analyses systématiques sont des mesures qui réduisent au maximum les risques.

    La mise en oeuvre de divers procédés d'élimination d'agents pathogènes éventuels durant la préparation des dérivés stables issus du plasma diminuent encore le risque pour ces produits.

    Un système de qualité est mis en place, afin de maîtriser tous les procédés en relation avec les activités du Service du Sang.


     Entretien mené par : Tiphaine B. et Pauline H.

    Auprès du Docteur L. Ritchen

     

    Les dons de sang expliqués en 3A par le Dr L'helgoualch


    2 commentaires
  • P1050516.JPG

    Souvenir de 2010-2011

    Laissez vos commentaires !


    14 commentaires
  • Retour sur la fabrication du pain 

    Le levain, un des 4 ingrédients du pain :

    mélange de farine, d'eau et de levures de boulanger

    P1050549.JPG

     

    Les levures de boulanger

    P1050550.JPG

     

    Explications autour de la machine pour pétrir la pâte à pain

    P1050519.JPG

    P1050557.JPG

     

    Préparation des pâtons

    P1050558.JPG

    P1050559.JPG

     

    Travaux pratiques (séance 1) : façonnage des baguettes

    P1050591.JPG

    P1050598.JPG

    Sortie des pâtons de la chambre de fermentation

    4h, pour ralentir le travail des levures

    P1050522.JPG

     

    Travaux pratiques (séance 2) : écriture de son prénom sur son pain 

    P1050525.JPG

    P1050530.JPG

    P1050535.JPG

    pain.jpg

    P1050605.JPG

    P1050606.JPG

     

    Travaux pratiques (séance 3) : fabrication des homards !

    Bravo Hugo !

    P1050565.JPG

    P1050568.JPG

     

    Mise au four des baguettes

    P1050556.JPG

    P1050536.JPG

     

    Les pains sortent du four ! 

    P1050551.JPG

    P1050585.JPG

     

    Les pains ont été offerts au self, le jardin des gourmands !

    Ils pourront être conservés ainsi pendant des années.

    P1050611.JPG

     

    Et quelques témoignages d'élèves après la visite :

    "Aujourd'hui, ous sommes allés à la boulangerie" au fournil du scorff". Nous avons décoré des demies baguettes pour les emporter. Nous avons touché et gouté la pâte pas cuite, gouter la levure et le levain. On a appris beaucoup de choses, c'était super !!! A la fin, on a été pris en photo devant le logo de la boulangerie. C'est un petit pain avec un chapeau. On s'est bien amusé. Merci Mme Yhuel." Loana 6B

      *

    "J'ai adoré touché les aliments. J'ai aussi aimé quand on devait écrire notre prénom sur notre pain, ce n'était pas facile, mais je pense que cette sortie m'a aidée pour choisir mon métier plus tard!!! Je ferai boulangère, patissière et chocolatière !!! C'était super !!!" Atysse 6B

      *

    "C'était très intéressant, ça nous donne vraiment envie de faire le métier de boulanger. Toucher la pâte c'était bizard mais c'était super drôle. Merci Franck " Jade 6B

      *

    "La visite du fournil du Scorff était bien. J'ai bien aimé le pain où on devait mettre notre prénom, on en a offert un à Mr Rebillard. J'irai acheter du pain au fournil du scorff. Merci Mme Yhuel pour cette visite." Anthony 6B

      *

    "La boulangerie est un peu petite mais comme il est seul ça va, nous avons vu le pétrissage et toutes les étapes pour faire du pain, et le résultat est délicieux. Quand j'aurai déménagé, je prendrai du pain là-bas." Charlotte 6A

      *

    "Une matinée superbe, cela donne envie de pratiquer ce métier mais le problème c'est qu'il faut se lever très tôt. Le pain est délicieux." Cléo  6A

    *

    "C'était trop bien !" Léna 6A

      *

    "C'était bien. Cela m'a donné envie d'aller chercher mon pain là-bas!" Manon 6C

    *

    "C'était génial, on a vu comment la pâte se faisait pétrir, on a goutté des chocolats et on a pris le pain que l'on a fait" Thibault 6C

    *

    "C'était délicieux, c'est mieux que les pains industriels, ça sent hyper bon!." Alec 6C

      *

    "Un grand merci à Mr et Mme Guérin pour leur accueil chaleureux et leur générosité !" Mme Yhuel


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires