• "Le frelon asiatique est une menace. Il "est un terrible prédateur pour les abeilles. Il peut en décimer quelque milliers en quelques jours", rappelle l'Union nationale de l'apiculture. "Je suis absolument inquiet pour mes abeilles. Aujourd’hui, le frelon se nourrit exclusivement d’abeilles. Il les prend en plein vol et il les découpe. Il a des mandibules qui sont des véritables cisailles et c’est comme ça qu’il coupe la tête. L’abeille n’a aucune chance", a confié Félix Gil, apiculteur dans le Val de Marne"

    plus d'informations ici

    6 commentaires

  • Albert Einstein avait prédit ce qui arrive... :

    " Si les abeilles venaient à disparaître, l’homme n’aurait plus que quatre années devant lui. Sans abeilles, plus de pollinisation, plus de plantes, plus d’animaux, plus d’hommes ".

     Pierre MELQUIOT - Grenelle de l'Environnement - 24 octobre 2007

    " La disparition des abeilles équivaudrait à un bouleversement sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Une telle modification de la biodiversité met en danger la diversité alimentaire vitale. Ce dérèglement en profondeur des écosystèmes anéantit toute perspective pour les générations futures ".

     

    S’il n’y a plus d’abeilles dans le monde, que se passera-t-il ?

    Un bouleversement sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Actuellement, plus de 80 % des espèces de plantes à fleurs dans le monde et 80 % également des espèces cultivées en Europe dépendent directement de la pollinisation par les insectes : des abeilles, pour l’essentiel. Le plus souvent, d’autres agents, comme le vent ou l’autopollinisation passive, contribuent également à leur reproduction sexuée.

    Mais, sans les butineuses, la plupart des cultures n’atteignent plus une production satisfaisante. C’est le cas de nombreuses espèces sauvages (romarin, thym, lavande, moutarde), des arbres fruitiers (pommiers, poiriers, abricotiers, amandiers), des grandes cultures oléagineuses (colza, tournesol) et protéagineuses, des cultures maraîchères (cucurbitacées, tomates, fraises). Et aussi des semences de crucifères (radis, choux, navets), d’ombellifères (carottes, céleri, persil) et d’alliacées (oignons, poireaux). Difficile d’imaginer un repas auquel les abeilles ne soient pas associées de près !

    Un monde sans fleurs, sans fruits ni légumes, est-ce cela qui nous menace ?

    Il y a un an, une étude internationale a évalué, pour la première fois à cette échelle, la dépendance aux pollinisateurs de la production agricole mondiale. Elle s’est intéressée aux 115 cultures les plus importantes, directement utilisées pour l’alimentation humaine dans plus de 200 pays. Conclusion : rapportée au tonnage, 35 % de la production de nourriture dépend des insectes.

    Concrètement, la disparition des abeilles ne signifie donc pas que l’espèce humaine mourra de faim, puisque 60 % des cultures - principalement les céréales comme le blé, le maïs et le riz - ne sont pas concernées. Mais la diversité alimentaire en serait profondément altérée.

     

    Lire la totalité de l'article : ici

     

    Du 15 au 20 septembre 2009 , se tient le congrès Apimondia. 

     

     

     


    9 commentaires
  • http://www.education.gouv.fr/cid24881/info-grippe.html


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique