• L'Homme poursuit son action en faveur de la préservation de la biodiversité en installant 2 ruches sur le toit du centre leclerc, en pleine ville de Lanester qui n'utilise plus de produits toxiques pour traiter la végétation. Les abeilles auront donc moins de risques d'être contaminées par divers pesticides. Chaque ruche contient environ 25000 abeilles et elles auront un lieu d'action sur 3 kms. Sur la toiture, elles seront à l'abri du vents et soleil et seront à proximité d'un plan d'eau. En ce moment, elles butinent sur des Lierres, Trèfles et autres fleurs sauvages. Le miel ne sera pas commerciable car trop dur. Au printemps, elles butineront sur des Saules et du Colza. Ce sont des abeilles Buckfast,  abeille à miel, obtenu par le croisement des sous-espèces d'abeilles Apis mellifera mellifera et Apis mellifera ligustica


    12 commentaires
  • Gif animal chevre 172201

    Les chèvres peuvent être utilisées comme tondeuse naturelle dans des espaces peu accessibles pour l'Homme. C'est ce qui est fait à Lorient dans l'enclos du port. Les chèvres s'y plaisent beaucoup, la preuve: elles se sont reproduites et ont déjà donné naissance à un petit chevreau.

    Source : Ouestfrance 10/10/13

    2 commentaires
  • Depuis 2011, 10 ruchers ont été placés sur le toit de l'hôtel de ville et dans le parc Chevassu. Chaque année, la récolte de miel est très bonne: 80 kgs cette année 2013 ! En effet, contrairement aux campagnes où l'utilisation des pesticides est importante, en ville, les abeilles se portent bien. Surtout, qu'à Lorient les pesticides sont désormais interdits. Source : http://www.ouest-france.fr/ 23/09/13


    votre commentaire
  • Info pour les 4èmes (reproduction, fécondation) et pour les 3èmes (ADN, mutation, évolution)

    Chez la plupart des oiseaux, comme la poule par exemple, le mâle ne possède pas de pénis. Il y a pourtant bien une fécondation entre ovule et spermatozoïde à l'intérieur de la femelle. L'accouplement se fait donc cloaque contre cloaque.

    L'explication se trouve au niveau génétique, c'est une mutation du gène Bmp4 qui produit une protéine Bmp4. Cette protéine serait responsable d'apoptose dans l'embryon, c'est à dire, des morts cellulaires programmées, et cela engendrerait une régression du pénis.

    Les caractères sélectionnés lors de l'évolution sont ceux qui permettent un avantage pour la survie ou pour la reproduction. Dans ce cas, cela reste pour l'instant un mystère en quoi l'absence de pénis est un avantage pour la reproduction des oiseaux. 

    Pour en savoir plus : http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique