• dino.jpg

    Une équipe internationale de chercheurs vient de mettre à jour un site de nidation des dinosaures massospondylus en Afrique du Sud, dans le Golden Gate Highlands National Park. Ces nids, encore remplis d'oeufs, dateraient de 190 millions d'années.

    .....

    Pour les chercheurs, cela prouve bien que les nouveaux nés restaient sur le lieux de naissance jusqu'à ce qu'ils grandissent un peu. Les chercheurs ont également conclu que les dinosaures devaient toujours revenir pondre au même endroit et avaient pour habitude de se rassembler en groupe pour s'occuper des oeufs.

    .....

    Ces recherches permettent d'en apprendre plus sur la biologie reproductive des massospondylus.

     

    Source : http://www.planet.fr/


    2 commentaires
  •  

    roses-rouges.gif

    Les roses vendues par millions en France cette semaine ont un lourd impact sur l'environnement. Soit elles viennent de loin, du Kenya, de Colombie, ou encore d'Equateur. Soit elles ont poussé dans des serres chauffées et éclairées, aux Pays-Bas notamment.


    Dans les deux cas, les émissions de gaz à effet de serre sont considérables.

     

    Leur production provoque bien d'autres dégâts.

    Les produits chimiques utilisés contribuent à polluer l'eau et les sols. L'exemple du lac Naivasha, au Kenya, est à ce titre devenu emblématique. "Le lac est de plus en plus pollué par les pesticides, engrais et autres produits destinés à nettoyer et désinfecter les sols avant la plantation de nouveaux rosiers à la vie éphémère, mourant de surproduction", décrit sur Mediapart.fr le journaliste Claude-Marie Vadrot, auteur du livre Des fraises en hiver.

     
      Que faire? Choisir par exemple des fleurs labellisées bio. Le hic, c'est qu'elles sont difficiles à trouver. Ou jeter son dévolu sur des fleurs de saison, comme les tulipes, les anémones, les renoncules, en demandant au fleuriste d'où elles viennent.


    Aurélie Blondel (Bazikpress)

     

    Source : http://actu.orange.fr/environnement/

    saint-valentin.gif



    1 commentaire
  • Avec l'âge, les tissus qui constituent les artères perdent leur élasticité.

    Ce processus, l'athérosclérose,

    est un facteur de risques pour les accidents cardiovasculaires.

    image_3_0.png

    Une étude publiée dans la revue Heart and Ciculatory Physiology suggère qu'un simple test, qui peut être fait dans votre salon, peut être utilisé pour déterminer l'état de vos artères. Il suffit de s'asseoir par terre avec les jambes pointées en avant.

    Si votre corps est assez flexible pour pouvoir toucher vos doigts de pied avec vos mains, cela indique que vos artères, elles aussi, sont flexibles.

    Pour les besoins de l'étude, un groupe de chercheurs japonais a recruté 526 volontaires âgés de 20 à 83 ans. Dépendamment de leur habilité à toucher leurs doigts de pied, les participants ont été classés en deux groupes, soit de haute flexibilité ou bien de flexibilité déficiente. Ensuite, les chercheurs ont déterminé la rigidité des artères des volontaires en mesurant leur tension artérielle.

    Plus les artères sont rigides, plus elles ont de la difficulté à faire circuler le sang et plus le cœur doit pomper fort. L'analyse des résultats par les chercheurs indique qu'il y avait une très bonne corrélation entre l'inflexibilité du corps et la rigidité des artères. Chez les personnes de plus de 40 ans, plus celles-ci avaient de la difficulté à toucher leurs doigts de pied, plus leur pression artérielle était élevée.

    Par contre, il n'y avait pas de corrélation chez les personnes de moins de 40 ans, quelle que soit leur condition physique. Les résultats des chercheurs japonais vont dans le même sens que ceux d'une étude suggérant que des exercices de flexibilité pourraient même inverser le processus d'athérosclérose.

    L'étude, conduite en 2008 à l'Université du Texas à Austin, cherchait à déterminer si les exercices de musculation augmentaient la rigidité des artères. Aucun effet négatif n'a été observé dans ce sens.

    Mais à la surprise des chercheurs, des effets positifs ont été observés pour le groupe de contrôle qui comprenait des individus qui faisaient seulement des exercices d'étirement. Dans l'espace de l'étude, qui a duré 13 semaines, leur flexibilité artérielle a augmenté de 20% en moyenne.

     

    Source : sciencepresseca


    votre commentaire
  • essui-main.gif

    La plupart des papiers essuie-main contiendraient de nombreuses espèces bactériennes, dont certaines peuvent être pathogènes pour l'humain.

    Vous pensez bien faire en vous lavant vigoureusement les mains chaque fois que vous vous rendez dans une toilette publique? Vos valeureux efforts pourraient être ternis au moment de vous sécher les mains. En effet, selon une étude menée au Département de biochimie, microbiologie et bioinformatique de l'Université Laval, le papier essuie-main, en particulier celui fabriqué à partir de fibres recyclées, contiendrait des concentrations importantes de bactéries.

    Les marques testées contiennent au minimum entre 100 et 100 000 bactéries vivantes par gramme de papier. Ces bactéries peuvent être transférées du papier aux mains, ont montré les tests effectués par les chercheurs. Une espèce trouvée dans l'une des marques de papier a déjà été associée à des intoxications alimentaires.

    La contamination bactérienne semble particulièrement criante du côté du papier fait de fibres recyclées: les concentrations bactériennes y sont de 100 à 1000 fois plus élevées que dans le papier ordinaire. On ignore pour l'instant si la contamination bactérienne est due aux matières premières utilisées, à l'équipement de fabrication ou à la méthode de blanchiment.

    Les chercheurs ne veulent pas ameuter inutilement la population, mais ils espèrent tout de même attirer l'attention sur cette source de contamination. "Il faudrait éviter d'utiliser le papier essuie-main recyclé dans des environnements qui nécessitent un contrôle strict des populations microbiennes, comme les laboratoires de microbiologie, souligne Sylvain Moineau. Il faudrait aussi éviter que des personnes malades ou fragilisées en fassent usage."

     

    Source : technosciences.net


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique