• votre commentaire
  • La fonte des glaces polaires a peut-être dépassé le seuil fatidique. © AFP

    Le changement s'accélère, ses effets se renforcent. L'hypothèse d'un réchauffement modéré s'éloigne, à moins d'un sursaut rapide et radical.

    La décennie qui vient sera décisive.

     

     

    Le pergélisol (sol gelé en permanence) de Sibérie concentre beaucoup d'inquiétudes. « Il contient environ 1 600 milliards de tonnes de carbone, soit deux fois la quantité qui se trouve dans l'atmosphère, explique Will Steffen. Or, les latitudes du Grand Nord connaissent les changements de températures les plus forts de la planète. »

    En fondant, le pergélisol libérerait, dans le pire des cas, 30 à 63 milliards de tonnes de carbone d'ici à 2040. Par comparaison, les combustibles fossiles - charbon, pétrole, gaz naturel - brûlés par l'homme libèrent 10 milliards de tonnes de dioxyde de carbone (CO2) chaque année.

    Ce CO2, principal gaz à effet de serre à l'origine du réchauffement, accroît aussi l'acidité des océans. Les récifs coraliens sont menacés, et leur disparition pourrait entraîner l'extinction de nombreuses espèces marines. La forêt dense d'Amazonie devient de plus en plus sèche. Si la forêt dépérit, elle ajoute du carbone à l'atmosphère, alors qu'elle en absorbe pendant sa croissance.

    Malgré l'urgence, les négociations internationales semblent presque en panne. La conférence de Doha, à la fin de l'année, ne promet pas d'avancée capitale. « Je ne suis pas optimiste », confie le climatologue Jean Jouzel, membre du bureau du Giec (Groupe intergouvernemental de scientifiques sur le changement climatique), dont le prochain rapport sera publié en 2013.

     

    Source : Ouest france 28 mars 2012


    8 commentaires
  • Des alertes ont été déclenchées ou conservées dimanche 25 mars 2012 suite à la trop grande concentration de particules fines dans l'air en Bretagne, en Ile-de-France et dans les Pays de la Loire.

    pollution.jpg

    Air Breizh a publié un bulletin d’alerte dimanche où la concentration de particules fines dans l’air avait dépassé le seuil d’alerte avec 53 ug/m3 sur l’agglomération rennaise.

    L'association Air Breizh a disposé des capteurs d'air dans différents lieux de Rennes et lance une alerte quand les seuils de sécurité sont dépassés.

     

    Comment ce dispositif fonctionne-t-il ? C'est à voir dans notre reportage :

    Cliquez ici !


     

    3 commentaires
  • escargot.jpg

    Les chercheurs de l’université de Clarkson à Postdam, New-York ont réussi à générer de l’électricité à partir de sang d’escargot, après leur avoir implanté des cellules de biocarburant. L’électricité est générée à partir du glucose et de l’oxygène contenus dans l’hémoglobine de l’animal. Une fois connectés à deux électrodes, les gastéropodes peuvent créer du courant pendant des mois en se contentant de consommer lesdits glucose et oxygène.

     

     Les escargots sont particulièrement intéressants pour les chercheurs, car si le dispositif fonctionne également sur certains insectes, leur durée de vie est nettement plus courte que chez nos baveux amis.

    En revanche, la puissance de l’escargot reste faible, ce qui limite pour le moment les applications concrètes. Evgeny Katz n’est pas une autre bestiole mais le directeur du projet, il précise que le but est de créer une multitude d’escargots et insectes cyborgs, ensuite remis en liberté pour recueillir des informations environnementales ou à des fins militaires (des GIscargots en somme)

    A ceux qui ont fait un bond de trois mètres en pensant à ces pauvres animaux, sachez qu’ils mangent, boivent et rampent à volonté, ils ne souffrent pas et sont – aux dires d’Evgeny Katz – heureux.

    L’évolution de la recherche continue, l’équipe compte s’attaquer à de plus gros animaux, le prochain étant le homard. Qui sait, un jour les humains rechargeront eux-mêmes leurs batteries.

    Source : http://www.gizmodo.fr/


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique