• Albert Einstein avait prédit ce qui arrive... :

    " Si les abeilles venaient à disparaître, l’homme n’aurait plus que quatre années devant lui. Sans abeilles, plus de pollinisation, plus de plantes, plus d’animaux, plus d’hommes ".

     Pierre MELQUIOT - Grenelle de l'Environnement - 24 octobre 2007

    " La disparition des abeilles équivaudrait à un bouleversement sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Une telle modification de la biodiversité met en danger la diversité alimentaire vitale. Ce dérèglement en profondeur des écosystèmes anéantit toute perspective pour les générations futures ".

     

    S’il n’y a plus d’abeilles dans le monde, que se passera-t-il ?

    Un bouleversement sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Actuellement, plus de 80 % des espèces de plantes à fleurs dans le monde et 80 % également des espèces cultivées en Europe dépendent directement de la pollinisation par les insectes : des abeilles, pour l’essentiel. Le plus souvent, d’autres agents, comme le vent ou l’autopollinisation passive, contribuent également à leur reproduction sexuée.

    Mais, sans les butineuses, la plupart des cultures n’atteignent plus une production satisfaisante. C’est le cas de nombreuses espèces sauvages (romarin, thym, lavande, moutarde), des arbres fruitiers (pommiers, poiriers, abricotiers, amandiers), des grandes cultures oléagineuses (colza, tournesol) et protéagineuses, des cultures maraîchères (cucurbitacées, tomates, fraises). Et aussi des semences de crucifères (radis, choux, navets), d’ombellifères (carottes, céleri, persil) et d’alliacées (oignons, poireaux). Difficile d’imaginer un repas auquel les abeilles ne soient pas associées de près !

    Un monde sans fleurs, sans fruits ni légumes, est-ce cela qui nous menace ?

    Il y a un an, une étude internationale a évalué, pour la première fois à cette échelle, la dépendance aux pollinisateurs de la production agricole mondiale. Elle s’est intéressée aux 115 cultures les plus importantes, directement utilisées pour l’alimentation humaine dans plus de 200 pays. Conclusion : rapportée au tonnage, 35 % de la production de nourriture dépend des insectes.

    Concrètement, la disparition des abeilles ne signifie donc pas que l’espèce humaine mourra de faim, puisque 60 % des cultures - principalement les céréales comme le blé, le maïs et le riz - ne sont pas concernées. Mais la diversité alimentaire en serait profondément altérée.

     

    Lire la totalité de l'article : ici

     

    Du 15 au 20 septembre 2009 , se tient le congrès Apimondia. 

     

     

     


    9 commentaires

  •                                                                                          Le site du parc : ici

                                                                     Les RDV du 12 et 13 septembre 2009 : ici

    Si vous étiez aux RDV de ce week-end ou si vous êtes déjà allés au parc de Branféré, vous pouvez donnez vos impressions en écrivant un commentaire ci-dessous cet article.

    Voici quelques photos personnelles que j'avais prises lors de ma visite.



    Le Panda roux











                                  Une Grue cendrée









                                                                                                       
                                                                                                      Un Pélican


                              Un Kangourou
                                                                                                                Un Paon

    12 commentaires

  • Merci à  Réjane Dhotel, 6ème C qui nous a offert ces 2 poissons. Il ne nous reste donc plus qu'à leur trouver un nom.Si vous avez des idées, vous pouvez les proposer en écrivant un commentaire. Les noms ayant le plus de succès seront retenus.

    Voici quelques noms classiques pour des poissons : Bubulle, Dudulle, Bulle, Plouf, ploufy, Splash, Némo, Glouglou  etc....

                                                                                 A vous de voter !

    Encore une semaine pour voter. Les votes seront clos lundi prochain, le 21 septembre. Pour l'instant, vous avez proposé beaucoup de noms différents, c'est difficile de comptabiliser. 

    Je vais donc moi aussi voter dans l'ordre de mes préférences :
    1 ) Bios et Géos , merci à mon collègue qui a crée le site "vive les svt"
    2 ) Bulle et Bubulle
    3 ) Plouf et Ploufy

    44 commentaires
  • source texte et photo : tara

    " Depuis 5 ans, Tara, avec à sa tête Etienne Bourgois et comme partenaire principal agnès b, réalise des expéditions en faveur de l’environnement.

    Le fonds de dotation Tara a pour objet de financer les recherches scientifiques françaises relatives à l’impact du réchauffement climatique sur les écosystèmes, de sensibiliser le grand public aux questions environnementales et de diffuser les données scientifiques à des fins éducatives.

    Actuellement le Fonds Tara organise l’expédition Tara Oceans qui partira en septembre prochain et parcourra les mers du globe. Le Fonds tentera d’apporter des réponses aux questions climatiques et notamment d’approfondir notre connaissance de la biodiversité marine. Cette expédition durera trois ans et explorera les océans afin d’en étudier le plancton et de comprendre son impact sur le climat de la planète.
    À travers cette expédition, Tara veut informer le public du rôle crucial des océans et de l’impact du réchauffement climatique."



    8 commentaires