• ça bouge au collège Notre Dame d'Oriant !

    La technologie possède désormais son propre blog

    Cliquer sur l'image pour y accéder

    techno.jpg

     


    votre commentaire
  • P1060071.JPG

    La langue de la Girafe est p _ _  _ _  _ _  _ _ e
    Démonstration en photo :  

    P1060070.JPG

    Date limite de réponse : Vendredi 9 décembre
    1 -j'envoie mon mail avec la réponse
    2- je valide mon mail par un commentaire"a voté " dans cet article
    Merci de bien lire le réglement avant de participer !
    Rappel ci-dessous :

    bulle reglement


    22 commentaires
  • Islande.jpg

    source : http://www.courrierdelouest.fr/

     

    Des petits tremblements de la terre en Islande pourraient être annonciateurs de l'éruption imminente de Katla. Ce volcan bien connu est particulièrement redouté par les habitants car il provoque la fonte du glacier qui le recouvre, entraînant des inondations importantes dans les plaines.


    En Islande, le volcan Katla, le plus redouté du pays, est en train de montrer des signes précurseurs d’une éruption imminente. Après les éruptions de l’Eyjafjöll il y a un an et demi et du Grímsvötn en mai 2011, ainsi que, dans une moindre mesure, du Katla lui-même le 9 juillet dernier, les habitants se préparent au pire.

    L’Islande est placée sur la dorsale médio-atlantique. C’est d’ailleurs l’unique endroit où elle est visible au-dessus de l’eau. Ainsi, l’île est un véritable nid à volcans (une dizaine d'importants) et la population vit au rythme de leurs éruptions.


    Des minisecousses annonciatrices

    Au cours du dernier mois, de légers tremblements ont été ressentis et vus (à la surface de l’eau notamment) par les équipes qui surveillent de près l'activité sismique de l’île. Environ 500 minisecousses ont ainsi été recensées, ce qui est le signe d’un mouvement du magma, selon les experts.

    Depuis le 9 juillet, Katla fait effectivement l’objet d’observations attentives. Ce jour-là, une faible éruption avait entraîné des dégâts importants. La fonte du glacier (le Mýrdalsjökull) présent sur la caldeira avait provoqué des inondations brutales dans les plaines. Avec une caldeira d’une largeur d’environ 10 km, la quantité de glace qui y repose est très importante. En outre, les habitants ont senti des odeurs de sulfures à proximité des rivières alimentées par la fonte du glacier.


    Eyjafjöll ouvre la voie à Katla

    L’éruption de l’Eyjafjöll en 2010 était déjà annonciatrice d’un réveil de l’activité volcanique dans la région. Selon certains physiciens, les dynamismes de Katla et de l’Eyjafjöll seraient liés. Mais l’intensité d’une éventuelle éruption reste pour l’instant complètement inconnue tant Katla est instable.

    Depuis que l’Islande a été colonisée (au IXe siècle), le Katla est entré une trentaine de fois en éruption. La dernière activité majeure remonte à 1918. Le volume de cendres dégagés avait atteint 700 millions de mètres cubes et l’indice d’explosivité volcanique (IEV) était de 4 sur une échelle qui compte 9 degrés (de 0 à 8), ce qui est considéré comme une éruption cataclysmique. La fonte du glacier provoqua d'ailleurs le détachement d’icebergs emportés vers l’océan par les inondations.

    Espérons que la prochaine activité volcanique du Katla sera plus modérée.

    Source: http://www.futura-sciences.com/fr/


    2 commentaires
  • bebe-mammouth.jpg

    D’ici cinq ans, les scientifiques pourraient ramener à la vie le mammouth laineux. Pour ce faire, ils utiliseraient de la moelle osseuse découverte en Sibérie.

    L’équipe est composée de scientifiques travaillant pour le musée de la République de Sakha en Russie et en provenance de l’université de Kinki au Japon.
    Il y a peu de temps, elle a découvert de la moelle bien conservée à l’intérieur d’un fémur de mammouth laineux de Sibérie.
    Les scientifiques estiment que cela devrait leur permettre de cloner le mammouth.
    En remplaçant les noyaux des cellules-oeufs d’un éléphant avec celles prises dans la moelle du mammouth, des embryons avec l’ADN de mammouth pourraient ainsi être produits, selon les scientifiques.
    Ils placeront ensuite les embryons dans le ventre d’un éléphant puisque les deux espèces sont proches.  Le succès dépend en effet de la qualité de conservation de l’ADN dans les cellules issues de la moelle. La dernière espèce de mammouth s’est éteinte en 1700 avant J.-C.
    Dans son livre Jurassic Park, Michael Crichton n’était donc pas si loin de la vérité. Sauf qu’il ne reste plus de cellules de dinosaures. Ceux-ci ayant disparu il y a 65 millions d’années, il n’en reste que des fossiles (d’où la pirouette de l’ambre ayant permis de découvrir des cellules intactes dans le livre).

    mammouth_laineux.jpg

    Source : gizmodo


    9 commentaires