• Pour que le cerveau puisse fixer son attention sur un objet un groupe de neurones doit être « éteint »: le "réseau par défaut". Ce réseau perturbe la mise en route d'autres neurones spécialisés quand il n'est pas suffisamment désactivé.

    Exemple :Quand le réseau ne se déactive pas suffisamment, le temps mis à trouver un objet augmente. Immédiatement après l’accomplissement de la tâche,

    le réseau par défaut reprend son activité, en seulement un dixième de seconde.

    cerveau.jpg

    Lorsque nous cherchons attentivement un objet autour de nous, les régions cérébrales indiquées en rouge s’activent ; mais dans le même temps, il tout aussi nécessaire que celles indiquées en bleu se désactivent. Inserm

     

     

    J.I.
    Sciences et Avenir.fr
    28/10/2011


    2 commentaires
  • science-en-jeu.jpg Comme vous adorez les serious games, je vous propose ce site avec multiples jeux sur les sciences.

    Il suffit de cliquer sur l'image pour avoir la liste des jeux.

    Au lieu de vous ennuyer pendant les vacances, profitez en !


    1 commentaire
  • spermato.JPG

    Image de synthèse de spermatozoïdes arrivant au contact d'un ovule. © Petillot / Sipa

     

    Article compliqué pour les 6èmes, 5èmes

    intéressant pour les 4èmes, très intéressant pour les 3èmes!

     

    Voici  la dure réalité de la vie d'un spermatozoïde.


    Avant même sa naissance, ce chasseur d'ovules est condamné à mort. Un seul parmi des milliards aura la chance de tirer le gros lot en pénétrant le premier dans l'ovule. Et celui-ci peut se considérer encore plus verni que le gagnant de l'Euro millions. Mais le spermatozoïde vainqueur n'a pas vraiment le temps de savourer sa victoire. À peine a-t-il le temps de faire le tour du propriétaire que l'ovule le déshabille pour lui piquer son ADN et dévore le reste. Le gourmand digère tout, y compris les mitochondries, ces minuscules organites chargés de produire l'énergie des cellules. Jusqu'à présent, ce massacre restait un mystère : pourquoi les mitochondries masculines ne se retrouvent pas dans tout l'embryon ?

    Une équipe franco-américaine (CNRS-Inserm, Pasteur, université Paris-Sud et UPMC) vient de comprendre comment se produit le mini-génocide. "Quelques minutes après la fécondation, l'ovocyte enclenche un processus d'autophagie", écrivent les chercheurs. Concrètement, l'ovule séquestre le spermatozoïde vidé au préalable de son ADN dans des vésicules - des sacs bourrés d'enzymes destructeurs - pour le boulotter à l'aise. Ce mécanisme a été découvert pour le ver C. elegans, mais il a également été observé chez la souris. Il est donc tout à fait probable que les ovules humains se livrent à cette même spermatophagie.

    Ève mitochondriale

    Tout cela ne serait qu'anecdotique si les mitochondries n'étaient pas aussi victimes de cet épouvantable banquet. En effet, présentes par milliers dans chaque cellule pour assurer la production énergétique, elles possèdent leur propre matériel génétique : l'ADN mitochondrial. Sans doute l'héritage d'un temps très lointain où les mitochondries étaient des micro-organismes indépendants n'ayant pas encore eu l'idée de squatter des cellules plus grosses. Or, la conséquence de la disparition des mitochondries masculines signifie que chaque être vivant, vous comme moi, a hérité des mitochondries de sa mère. C'est une véritable bénédiction pour les généticiens ! Pour la bonne raison que l'étude des mutations de l'ADN mitochondrial renseigne sur l'évolution du sexe dit "faible". Ainsi, a-t-on pu calculer que l'ancêtre commun à toutes les femmes actuelles aurait vécu voilà 150 000 ans quelque part en Éthiopie, en Tanzanie ou au Kenya. On l'a appelée l'Ève mitochondriale.

    Crainte des mutations

    Reste à savoir pourquoi l'ovule extermine ainsi les mitochondries de son chéri. Rien n'est gratuit dans la nature. L'hypothèse des auteurs de l'étude consiste à dire que "le métabolisme très actif des spermatozoïdes pourrait conduire à l'apparition fréquente de mutations dans leur ADN mitochondrial". Du coup, craignant des mutations nocives pour leur bébé, les ovules ont-ils choisi de s'en débarrasser. À vérifier par d'autres travaux. Déjà, nos biologistes envisagent de bloquer le mécanisme de spermatophagie pour observer le devenir des mitochondries masculines dans les organismes engendrés.

     

    Mesdames, n'interprétez pas cette mise à mort des mitochondries masculines comme la preuve d'une éventuelle suprématie féminine. Pas de Girlpower pour l'ovule ! Nous aussi, les hommes, avons notre avantage génétique que nous nous transmettons, sans passer par vous : le chromosome Y. L'un vaut bien l'autre...

     

    Par Frédéric Lewino

    Source: lepoint.fr


    6 commentaires
  • coelacanthe.jpg

    Le coelacanthe existe bel et bien : c'est un poisson...

    Mais un poisson pas comme les autres, si 'discret' que pendant des siècles les scientifiques ont pensé qu'il avait disparu en même temps que les dinosaures...jusqu'en 1938 où un pêcheur a remonté un spécimen dans ses filets.

    Pas de quoi se réjouir pour une histoire d'écailles ? Et bien si car il est le plus vieux poisson du monde et il est loin d'avoir révéler tous ses secrets...Ainsi en 2010 une équipe de plongeurs naturalistes, menée par Laurent Ballesta est allée à sa rencontre, dans les grandes profondeurs....

     

    Pour la 2ème édition des Savanturiers de la Mer, nous avons le plaisir de vous convié à la projection de ce documentaire exceptionnel en présence de Ballesta le 28 octobre à 19h au cinéville de Lorient !

    Source : lathalassa

     

    Cliquer sur l'image ci-dessous pour connaître le programme

    savanturiers.jpg

    Encore plus de détails ici

    PoleNord2012.jpg


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires