• singe.jpg

    Une nouvelle espèce de singe au nez retroussé qui éternue quand il pleut a été découvert en Birmanie, a indiqué mercredi une organisation spécialisée dans la conservation des ressources naturelles.

    L'animal est presque entièrement noir, avec des touffes blanches sur les oreilles et le menton, selon Fauna & Flora International (FFI), dont les primatologues ont participé à la découverte.

    Cette nouvelle espèce "présente des caractéristiques différentes de toute autre espèce au nez retroussé déjà décrite", a indiqué l'organisation.

    Si cette nouvelle espère était inconnue des scientifiques, elle ne l'était pas de la population locale qui l'appelle "le singe avec la figure à l'envers".

    Les jours de pluie, ils s'assoient souvent avec la tête entre les jambes pour éviter que l'eau n'entre dans leur nez. Ils semblent passer l'été à plus haute altitude dans des forêts tempérées mixtes et descendre plus près des villages en hiver lorsque la nourriture se raréfie.

    A partir d'entretiens avec des chasseurs locaux, leur population est estimée entre 260 et 330 individus, ce qui en ferait une espèce menacée, a précisé Frank Momberg, responsable d'un programme de FFI pour l'Asie-Pacifique.

    Ce singe vit dans une zone de l'Etat de Kachin (nord), géographiquement isolé d'autres espèces par le Mékong et les rivières Salween, ce qui pourrait expliquer sa découverte tardive, selon FFI.

    Les autres espèces de singes au nez retroussé, considérées comme espèces menacées, vivent dans certaines parties de Chine et du Vietnam.

    Source : AFP


    11 commentaires
  • hippocampe.jpg

    Les ports de plaisance du pays de Lorient sont sains. Photos d'Yves Gladu à l'appui. Il a plongé sous les pontons du bassin à flot pour décrire la vie de la faune. Surprenant.

    Yves Gladu est plongeur et photographe sous-marin depuis 30 ans. Il a accumulé les images de faune et de flore dans toutes les mers du monde. A la demande de l'association « Territoires en Mer » il a plongé sous les pontons des ports de plaisance de Lorient, Kernevel, Port-Louis, Brest, Perros- Guirec. Il a dévoilé quelques images, mercredi, à l'occasion de la remise de certification environnementale Iso 14 001 à la Sellor, gestionnaire des ports de plaisance du pays de Lorient. Car il a fait de sacrées découvertes, dans le bassin à flot.

    « J'étais stupéfait »

    Il y a repéré un hippocampe, en pleine forme. « J'étais stupéfait ». Car la petite bête est fragile. Elle ne se nourrit que de bons planctons. Étonnant de la voir dans des eaux portuaires, fermées de surcroît par une écluse. « C'est la preuve que l'eau est vraiment saine. Les agents du port m'ont expliqué que maintenant, toutes les eaux de pluie sont déviées et ne sont plus rejetées dans les bassins. Ce qui a grandement limité les risques de pollution. Le plaisancier, lui aussi, fait plus attention à ce qu'il rejette en mer. Du coup, la faune et la flore marines ont repris leurs droits. »

    Du bon plancton

    Pierre Mollo de l'observatoire du plancton à Port-Louis apporte sa caution scientifique à la découverte insolite. « L'hippocampe est le bio indicateur par excellence de la qualité de l'environnement. » Autres jolies rencontres sous l'eau décrites par Yves Gladu : « J'ai vu des bars évoluer entre les quilles des bateaux du bassin. Pas banal quand on sait que ce poisson aime des eaux remuantes et saines. » Il a aussi repéré « un magnifique nudibranche (mollusque). Quand j'ai montré les images à des amis plongeurs, ils m'ont avoué n'en avoir pas vu d'aussi beaux dans les fonds éloignés des zones portuaires, qu'ils explorent. »

    De ses plongées sous les pontons, est née une exposition intitulée « 20 000 lieues sous les ports » que Territoires en mer présentera en avant-première au salon nautique à Paris, début décembre. Hervelyne Guilloux qui dirige l'association, basée à Rennes, commente : « A l'heure du réaménagement des ports, il semble incontournable d'envisager ces espaces portuaires non plus comme des parkings à bateaux, mais comme un espace dynamique, riche de biodiversité ». Les images d'Yves Gladu en apportent la preuve tangible.

    source : Ouest-france 30/10/10


    14 commentaires
  • bebe-gorille.jpg

    Vingt ans que les responsables du zoo de Londres attendaient cela. C'est fait : Mjukuu, une gorille de 12 ans, a mis bas un petit gorille. Selon la formule consacrée, la maman et le bébé se portent bien. En revanche, il ne connaîtra jamais son papa, mort en mars.

    source : ouest-france 29/10/10

     

    Vidéo d'un bébé gorille né en 2009 au zoo de la Palmyre

    Pour en connaître un peu plus sur la vie du Gorille, voici un serious game sous forme de jeu de l'oie

    3 commentaires
  • Bravo à tous les participants pour leur travail !


    Et félicitations à Clémentine P. 4A  qui remporte ce concours sur le thème des volcans!

     

    volcan 10

     

    Voici le récapitulatif des points  :

      4B : 16 points

      4C: 13 points

      5A: 11 points

    4A : 8 points

    3C : 7 points

    6B, 6C : 6 points

    6A : 5 points

    5B : 2 points

      3B : 1 point

    3A : 0 point


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires