• meteorite_Paris.jpg Une météorite de 1,3 kg, peu altérée et veille de 4,5 milliards d'années, à été acquise début février 2010 par le Muséum national d'histoire naturelle. Elle fut d'abord acheté, il y a 9 ans par un collectionneur, qui la obtenu avec d'autres objets d'origine africain aux enchères de l'Hôtel Drouot.  

    Cet collectionneur fait expertiser son objet céleste et vient de la vendre au Muséum. Les composants de la météore sont l'oxygène, de silicium, de magnésium, de fer et surtout de carbone sous forme de matière organique.

    Cette roche constituée de poussières spatiales va apporter des informations aux scientifiques sur la formation des planètes.

     

    Pour en savoir plus : cliquer ici


    3 commentaires
  • P1235043D1272431G_apx_470__w_ouestfrance_.jpg L’hirondelle de fenêtre.
    <script type="text/javascript"> // <![CDATA[ cachePubVide('pubDetailArt'); // ]]> </script>

    Accueillez-les ces fascinantes amies du jardin et des jardiniers. En échange du gîte dont elles manquent tant, elles nous débarrassent de mouches, moustiques, pucerons volants et criquets stridents.

    Amies de l'homme

    On les dit commensales de l'homme. Traduisez : elles vivent en sa compagnie. Cela n'a pas toujours été ainsi car, à l'origine, les hirondelles nichaient dans les falaises où elles pouvaient accrocher leurs nids faits de boues, de brindilles et de plumes. L'hirondelle de fenêtre, reconnaissable à sa queue fourchue et sa gorge rousse, et l'hirondelle rustique qui se distingue par sa queue plus courte et son large croupion blanc, ont pris l'habitude de fréquenter les lieux ouverts aménagés par l'homme : les granges, les écuries et les étables, au-dessus des vaches et chevaux, bien au chaud.

    Crise du logement

    La rénovation des anciens bâtiments a diminué l'offre de logements où les hirondelles, surtout les rustiques, nichaient en grand nombre. La manie de la propreté étincelante des façades à l'enduit bien blanc a eu raison de l'hirondelle de fenêtre qui profite souvent d'un angle sous un balcon ou une avancée de toit pour accrocher son nid. Mais ses fientes déplaisent car elles salissent les murs, ce qui incite certains propriétaires à détruire ses nids et leurs occupants.

    Pénurie alimentaire

    Nos belles hirondelles sont insectivores. Au menu des adultes et des jeunes au nid : fourmis volantes, tipules (cousins), mouche, moucherons, moustiques, pucerons ailés et bien d'autres insectes qu'elles capturent au ras des étangs et des prairies humides, ou en hauteur dans les airs, au-dessus des jardins et des prés. Une aubaine pour les hommes des villes et des champs débarrassés d'une partie des insectes ravageurs des cultures et des insectes piqueurs.

    Mais les hirondelles ont subi de plein fouet l'artificialisation de l'espace rural et l'utilisation massive des insecticides qui ont réduit leurs ressources alimentaires et les ont intoxiquées. Résultat : une diminution importante des effectifs, surtout de l'hirondelle de fenêtre qui a baissé de 40 % entre 1989 et 2008.

     

    Source : ouest france 21/02/10


    5 commentaires
  • logomcsk-copie-1.gif Cliquer sur l'image pour accéder au site
    OUVERTURE EXCEPTIONNELLE
    21 février 2010
    Nous ouvrons nos portes au public le dimanche 21 février 2010 de 14h00 à 17h30. Entrée 4.00 euros, gratuit - 8 ans.
    Rendez-nous visite!
    Ouverture le 01 avril 2009
    Nous ouvrons au public en visite libre le 01 avril 2010 du mercredi au dimanche de 14h à 17h30...

    1 commentaire
  • Lors d'un travail de groupe sur l'influence des conditions du milieu sur la reproduction, certains élèves ont pris l'initiative d'illustrer de façon originale leur copie.
     Merci d'avoir agrémenter ma lecture et bravo pour votre talent!
    illustrations-eleves.jpg

    5 commentaires