• Une petite société de Clermont-Ferrand, Picture Organic Clothing développe une collection streetwear. SIRE 2961842 1 apx 470 w ouestfrance <script type="text/javascript"> // <![CDATA[ cachePubVide('pubDetailArt'); // ]]> </script>
    Comment renouveler le jeans, vêtement indispensable de toute penderie qui se respecte ?

    Les fabricants l'ont délavé, troué, griffé, coloré, piercé. Aujourd'hui, certains ont l'idée de le doter de vertus thérapeutiques. Il sera bientôt possible d'acheter des jeans capables d'améliorer l'équilibre d'activer la circulation sanguine, de renforcer le tonus musculaire. Illusion, magie, argument de vente fallacieux ? Non, utilisation de technologies de pointe appliquées au textile.


    Une société de Gérardmer, dans les Vosges, lance une technique particulière pour traiter la toile de jean. « Le denim est amélioré avec des biocéramiques, c'est-à-dire de la roche volcanique, chargée en oxydes métalliques, présente Thiery Heim, président de HT Concept. Ces biocéramiques captent les infrarouges lointains émis par le soleil, ainsi que ceux produits par le corps, et les renvoient vers le corps. »

    Une technique utilisée en médecine
    Ces infrarouges, des ondes électromagnétiques, produisent une sensation de chaleur, mais pas seulement. « Le procédé améliore la circulation des fluides corporels, ce qui facilite l'oxygénation des cellules, l'élimination des toxines. Cela favorise la récupération à l'effort, procure un meilleur équilibre, diminue les sensations de jambes lourdes. »
    La technique des infrarouges lointains est utilisée en médecine, notamment en cancérologie. Jusqu'à présent, les textiles « intelligents » concernaient surtout les vêtements de sport, de montagne, de loisirs. Ceux-ci ont souvent des propriétés thermo-régulantes permettant au corps de rester à la bonne température, sans avoir froid ni transpirer. HT Concept a commencé par appliquer la technologie des biocéramiques aux vêtements de sport, ainsi qu'aux vêtements professionnels, et travaille dans l'Ouest avec les entreprises Mulliez et Cotten.
    Tavex, leader mondial du denim, la toile pour jeans, vient d'acheter la technologie. De grandes marques sont intéressées.


    De grandes marques intéressées
    Une petite société de Clermont-Ferrand, Picture Organic Clothing, va commercialiser ces jeans en premier. Elle développe unecollection streetwear, s'est d'ailleurs fait connaître grâce aux biocéramiques. Les jeans seront bientôt disponibles dans les Quatre-vingts points de vente de la marque. Sont notamment visés les skaters, qui évoluent en jeans.
    Et après les vêtements de sport, le prêt-à-porter, la lingerie aussi bénéficie des nouvelles technologies. On annonce au salon de la lingerie, fin janvier, des culottes de protéines de lait contenant des acides aminés afin que la peau soit mieux hydratée. Et des soutiens-gorge capables de lisser la peau du décolleté.


    Florence PITARD.
    Source ouest france 11 / 01 / 10


    9 commentaires
  • SIGE_ORQUESBIS_apx_470__w_ouestfrance_.jpg






    Les orques sont priées de retourner se nourrir d'otaries et d'éléphants de mer, au lieu de se disputer le poisson des palangriers avec les albatros et les pétrels.
    <script type="text/javascript"> // <![CDATA[ cachePubVide('pubDetailArt'); // ]]> </script>

     



    Aux Crozet, les mammifères marins ont appris à reconnaître les bruits d'hélice comme le signe qu'il y a du poisson à déguster sur les hameçons. Accourant de plusieurs dizaines de kilomètres, les cachalots plongent sur les lignes (palangres) jusqu'à mille mètres de fond. Les orques préfèrent nettoyer les hameçons lorsqu'ils remontent à bord. En 2009, pour pêcher 800 tonnes de légine, il a fallu en abandonner 400 autres aux cétacés !


    Drôle de manière de gérer la ressource. D'autant que les orques, mieux nourries, se reproduisent plus vite.
    « Si la colonie de 90 individus, déjà la plus importante population de mammifères marins en eaux françaises, passe à 150, ces animaux vont devenir trop dépendants de la pêche. » Les braconniers, eux aussi éliminés, réglaient naguère le problème à coup de fusil.

    Aujourd'hui, pêcheurs et scientifiques misent sur ces casiers (cages ou nasses) inviolables par les oiseaux et les mammifères, mis au point notamment par Ifremer et les filets Le Drézen, du Guilvinec (Finistère). Une campagne d'un mois (2 millions d'euros) a été en partie financée par les armateurs, dont Intermarché à Lorient, qui visent un écolabel.
    Raymond COSQUÉRIC.
    source : ouest france 27 / 01 / 10

    1 commentaire
  • Cliquer sur l'image pour accéder au site permettant de voir le film :
    espece-d-especes.jpg


    5 commentaires
  • Jeudi 21 janvier 2010 :

    Les CM2 vont passer  la journée au collège de La Retraite.

     Ils vont suivre différents ateliers, dont celui de SVT sur le corps humain.

    Nous leur souhaitons de passer une bonne journée !

    P1010586.JPG


    8 commentaires